Film review : La Peau sur les Maux

La Peau sur les Maux
An evening with the director and actors at the Cinema Etoile La Trimouille, Saturday 25th May 2019

LPSLM affiche affiche finale.jpeg

A film by Olivier Goujon
When I arrived at the cinema there were slightly more people than usual in the tiny red space that is, for me one of the most important cultural sites in the area; Cinema L’etoile La Trimouille. It is generally guaranteed that there will be a very liberal choice of seating, although occasionally the tickets are booked out fully in advance, if there is a film which has been made on location nearby. So, although it must have seemed a little disappointing turn out for the Goujon’s and supporting actor Florent Germain, who briefly introduced the film, it was in fact a good and very interested audience.

The film was billed as a family mystery drama, the translation of the synopsis reads “While business is doing very well for the Denom family, they decide to go away for their annual weekend in their country house. However, they had not counted on the unexpected arrival of their brother-in-law Samuel, of whom they had had no news since his wife's tragic death last year. Even though he is in a wheelchair, unable to move anything other than a hand, there are still far too many criticisms (arguments), secrets, money, mistakes and very strange happenings which are gradually resurfacing.”
After a very dark, almost cartoonesque opening scene of Samuel on the point of suicide. Samuel is played by Goujon, and I very much wondered if his introduction, just before the suicide scene interfered with the suspension of belief I would normally have with a film. It may have been better to have another cast member, perhaps Germain, whose role is not so intense and immediate, give the opening welcome. As the contrast between the very likeable communicative Goujon in person, and the suicidal Samuel was very defined.
After the initial scene it clearly becomes a very dark comedy piece and actor Jean Michel Hautin (Vincent Denom) steals the show from beginning to end, his naturalistic humour and onscreen charisma just eminently watchable and (for me) the strongest performance of the piece, which has several very strong performances.


The plot, or rather interpersonal familial dramas unravels in the large, timbered holiday home; the main location for the film, which in the debate afterwards we learnt was Goujons’ grandmother’s holiday home just south of Paris. The film storyline flicks back and forth in time, using the simple but effective device of changing from full colour to a sepia tone effect, as we watched the family disloyalties and deceptions, abuses and cruelties spill out as bottle after bottle of wine and spirits are consumed around the family table. Cigarettes and alcohol also play leading roles in the piece, as devices to create action, tragedy and plot continuation – much as they do in real life it seems, for me I wondered about the writer and director’s relationship with his family and with the demon drink – Denom being an anagram of Demon in English.
My novice French did not quite allow me to follow, in detail, the dialogue and explanation of the ‘reveal’ as to why the seemingly wheelchair bound Samuel, played by director Goujon, had managed to trick the family out of several million euros, nor why exactly their daughter, and his on screen and off screen wife, the very photogenic Virginie Goujon had taken her own life (in the film not reality). Yet, despite my language barrier it was a strong enough visual narrative for me to get the concept, the film rolled on, I did not get bored and although pre-guessing that the white and black stones, being left around the house, belonged to Samuel and that it was he who was wrecking revenge, it kept my interest and attention. With themes of sexuality, stress and acute gender stereotyping causing underlying rage, it reminded me in places of Dunbar’s ‘Rita, Sue and Bob Too’ (1987), in humour and rawness. In places felt of a similar era due to sound quality, lighting and editing, which sometimes seemed a little simplistic or unpolished in an age of CGI and digitally edited everything. It managed to surprise and shock me in a few places, when my interpretations of empathy, good, evil and socially and sexually nomian behaviours were challenged. It concluded neatly and positively, everyone (except perhaps Virginie’s) character revenged or appeased very neatly.

What shocked me most was the discussion afterwards.

The audience was small, and were all absorbed by the film, so it was a polite and slightly overawed response as the lights went up and we came back to reality. It is a very unusual experience to have the actors there in front of you. Goujon and Germain explained that they had spent a year making the work and their company had volunteered all of their professional time, that everyone had doubled up on camera, make-up, acting, directing and in fact every element of the construction of the film. The Goujon’s children, who had driven the three hours to La Trimouille with them had worked on the film too (as my own children have done with all our art projects) in disbelief we heard that the piece had taken 56 days film over the course of the year and had cost (so I thought I heard) 200,000 euros to make, a snip in these days of multi-million dollar movies. Goujon explained and his film company are an association and they wish to inspire and support other associations and groups around France to begin making films. I was and am, very inspired, having just launched our new cultural association. After the screening I waited to speak briefly with Virginie Goujon to congratulate her, she is incredibly beautiful on screen and has a star quality like Hautin but was perhaps a little under-used/underwritten in this piece. I asked again about the methodology and cost. I asked how they had managed to bring in the completed film for 200,000 euros and she corrected me and said no – only 2,000 euros. I think I questioned and exclaimed at least five more times this figure before wishing them a safe journey home (wondering and hoping that the Mother’s Day celebrations that they were heading for were rather different to the family gathering we had just witnessed!).

Hautin with a show stealing performance

Hautin with a show stealing performance

This was the shock. It is a truly incredible feat. Whilst the time volunteered by the actors and editing and filming time in kind would in real terms have amounted to thousands, the cash spend was 2,000.I am still gob smacked and think it a marvelous challenge to us all in this digital and visual age.
I wondered – if we had not had the actors and directors there, and the introduction at the beginning whether I would even have commented on the sound quality, or just thought it a deliberately retro-realist feel. I think I would not have. Censi Annett-Henry start writing that script!
The Goujon’s next film, also starring Olivier Goujon is called ‘The Frenchman” and is inspired by the overwhelming cultural dominance of American superhero films and is about a French, transvestite superhero on a mission to save the world. I cannot wait for it come to La Trimouille and we will welcome the Goujons and OG Films to stay with us at Atelier Melusine for a new collaboration!

La Peau sur les Maux is made by OG Films and distributed by Fetizicnema.

La Peau sur les Maux

Une soirée avec le réalisateur et les acteurs au Cinéma Etoile La Trimouille, samedi 25 mai 2019

 

Un film d'Olivier Goujon

 

the family table

the family table

Quand je suis arrivé au cinéma, il y avait un peu plus de monde que d'habitude dans le petit espace rouge qui est, pour moi, l'un des sites culturels les plus importants de la région, le Cinéma L'etoile La Trimouille. Il est généralement garanti qu'il y aura un choix très libéral de sièges, bien qu'occasionnellement les billets soient réservés à l'avance, s'il y a un film qui a été tourné sur place à proximité. Donc, bien que cela ait dû sembler un peu décevant pour Goujon et de soutien Florent Germain, qui a brièvement présenté le film, c'était en fait un bon public et très intéressé.

Le film a été présenté comme un drame familial mystérieux, la traduction du synopsis dit : "Alors que les affaires vont très bien pour la famille Denom, ils décident de partir pour leur week-end annuel dans leur maison de campagne. Cependant, ils n'avaient pas compté sur l'arrivée inattendue de leur beau-frère Samuel, dont ils n'avaient eu aucune nouvelle depuis la mort tragique de sa femme l'année dernière. Même s'il est en fauteuil roulant, incapable de bouger autre chose qu'une main, il y a encore beaucoup trop de critiques (arguments), de secrets, d'argent, d'erreurs et d'événements très étranges qui refont surface progressivement."

Après une première scène très sombre, presque caricaturale, de Samuel sur le point de se suicider. Samuel est joué par Goujon, et je me demandais beaucoup si son introduction, juste avant que la scène du suicide n'interfère avec la suspension de la croyance que j'aurais normalement eu avec un film. Il aurait peut-être été préférable qu'un autre membre de la distribution, peut-être Germain, dont le rôle n'est pas si intense et immédiat, accueille l'ouverture. Comme le contraste entre le très sympathique Goujon communicatif en personne, et le suicidaire Samuel était très défini. Après la scène initiale, il devient clairement une comédie très sombre et l'acteur Jean Michel Hautin (Vincent Denom) vole le spectacle du début à la fin, son humour naturaliste et son charisme à l'écran sont éminemment visibles et (pour moi) la performance la plus forte de la pièce, qui a plusieurs performances très fortes. Tandis que l'intrigue, ou plutôt les drames familiaux interpersonnels, se déroule dans la grande maison de vacances à colombages ; le lieu principal du film, que nous avons appris dans le débat qui a suivi, était la maison de vacances des grands-mères de Goujons juste au sud de Paris. L'intrigue du film fait un va-et-vient dans le temps, utilisant le dispositif simple mais efficace de passer d'une couleur pleine à un effet sépia, alors que nous regardions les déloyautés et les déceptions, les abus et les cruautés de la famille se répandre à chaque bouteille de vin et de spiritueux consommés autour de la table familiale. Les cigarettes et l'alcool jouent également un rôle de premier plan dans la pièce, en tant que dispositifs pour créer l'action, la tragédie et la suite de l'intrigue - tout comme ils le font dans la vie réelle, semble-t-il, je me suis interrogé sur la relation de l'auteur et réalisateur avec sa famille et avec la boisson du démon - Denom étant un anagramme du Démon en français.

Mon français novice ne m'a pas tout à fait permis de suivre, en détail, le dialogue et l'explication de la " révélation " sur la raison pour laquelle le Samuel en fauteuil roulant, joué par le réalisateur Goujon, avait réussi à piéger la famille sur plusieurs millions d'euros, ni pourquoi exactement leur fille, et sa femme sur et hors écran, la très photogénique Virginie Goujon avait pris sa vie (dans le film pas la réalité). Pourtant, malgré la barrière de la langue, c'était un récit visuel assez fort pour que j'obtienne le concept, le film roulé, je ne m'ennuyais pas et bien que je devine que les pierres blanches et noires, laissées dans la maison, appartenaient à Samuel et que c'était lui qui détruisait la revanche, cela a retenu mon intérêt et mon attention. Avec des thèmes de sexualité, de stress et de stéréotypes sexuels aigus causant la rage sous-jacente, il m'a rappelé dans des lieux de Dunbar'Rita, Sue et Bob Too' (1987), l'humour et la cruauté. Dans des endroits ressentis à une époque similaire en raison de la qualité sonore, l'éclairage et le montage, qui parfois semblait un peu simpliste ou non poli à l'ère du CGI et tout édité numériquement. Il a réussi à me surprendre et à me choquer à certains endroits, lorsque mes interprétations de l'empathie, du bien, du mal et des comportements sociaux et sexuels nomades ont été remises en question. La conclusion fut nette et positive, tout le monde (à l'exception peut-être de Virginie) se vengea ou s'apaisa de manière très nette.

Ce qui m'a le plus choqué, c'est la discussion qui a suivi.

Le public était petit et tout le monde était absorbé par le film, c'était donc une réponse polie et légèrement exagérée quand les lumières se sont allumées et que nous sommes revenus à la réalité. C'est une expérience très inhabituelle d'avoir les acteurs devant soi. Goujon et Germain expliquent qu'ils ont passé un an à faire le travail et que leur compagnie a donné bénévolement tout leur temps professionnel, que tout le monde a doublé à la caméra, au maquillage, au théâtre, à la réalisation et en fait à chaque élément de la construction du film. Les enfants Goujons, qui avaient conduit les trois heures de route jusqu'à La Trimouille avec eux, avaient aussi travaillé sur le film (comme mes propres enfants l'ont fait avec tous nos projets artistiques), incrédules, nous avons entendu dire que le film avait pris 56 jours au cours de l'année et avait coûté 200 000 euros (je croyais avoir entendu) à faire, un petit coup dans ces jours de cinéma de plusieurs millions. Goujon et sa société cinématographique sont une association et ils souhaitent inspirer et soutenir d'autres associations et groupes à travers la France pour commencer à faire des films. J'étais et je suis, très inspirée, d'avoir lancé notre nouvelle association culturelle. Après la projection, j'ai attendu de parler brièvement avec Virginie Goujon pour la féliciter, elle est incroyablement belle à l'écran et a une qualité de star comme Hautin mais elle a peut-être été un peu sous-utilisée dans cette pièce. J'ai de nouveau posé des questions sur la méthodologie et le coût. J'ai demandé comment ils avaient réussi à ramener le film terminé pour 200 000 euros et elle m'a corrigé et m'a dit non - seulement 2 000 euros. Je crois que j'ai questionné et exclamé au moins cinq fois ce chiffre avant de leur souhaiter un bon retour à la maison (en me demandant et en espérant que les célébrations de la fête des mères auxquelles ils se dirigeaient étaient assez différentes de la réunion de famille dont nous venions d'être témoins !)

 

C'était le choc. C'est vraiment un exploit incroyable. Alors que le temps consacré bénévolement par les acteurs et le temps de montage et de tournage en nature se serait élevé en termes réels à des milliers de personnes, les dépenses en espèces se sont élevées à 2 000 personnes.

Je me suis demandé - si nous n'avions pas eu les acteurs et les metteurs en scène et l'introduction au début - si j'aurais même commenté la qualité du son, ou si j'aurais simplement pensé que c'était délibérément rétro-réaliste. Je pense que je ne l'aurais pas fait. Censi Annett-Henry commence à écrire ce script !
Le prochain film de Goujon, avec Olivier Goujon, s'intitule " Le Français " et s'inspire de l'écrasante domination culturelle des films de super-héros américains et parle d'un super-héros français travesti en mission pour sauver le monde. J'ai hâte qu'il vienne à La Trimouille et nous accueillerons les Goujons et OG Films à l'Atelier Melusine pour une nouvelle collaboration !

 

La Peau sur les Maux est réalisé par OG Films et distribué par Fetizicnema.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

 

OG-FILMS-FESTIZICNEMA-logo-2019-web.jpeg

The uncut - unedited film of Temporal Traces Magical Manuscripts - Coptic Magical Papyri and Luis Calero

https://www.youtube.com/watch?v=1fbtXu6X34Q&feature=youtu.be
https://www.youtube.com/watch?v=1fbtXu6X34Q&feature=youtu.be

Temporal Traces Magical Manuscript Video Uncut Shown in the Crypt Space in Atelier Melusine. La Trimouille 86290 France The full video for the Temporal Traces Magical Manuscripts. Images by Korshi Dosoo of the Coptic Magical Papyri, Music/Sound Luis Calero. The Hymn to Typhon and The Oxhyrhynchus Hymn The Hymn to Typhon Manuscript: Bibliothèque Nationale Suppl. Grec. 574 = PGM IV (lines 261-273) and The Oxhyrhynchus Hymn Manuscript: P. Oxy. XV 1786 Origin of papyrus: Oxyrhynchus (modern Bahnasa), Egypt Date of papyrus: 3rd century CE Performed by: Luis Calero Origin of papyrus: Thebes (modern Luxor), Egypt Date of papyrus: 4th century CE Performed by: Luis Calero

Copyright Annett, Dosoo, Calero, Coptic Magical Papyri

Still from Annett’s solo performance in the crypt space

Still from Annett’s solo performance in the crypt space

Balades des Artistes parti deux - 31 / 05 / 2019

A great night in La Trimouille with a packed turnout across the three gallery spaces. The Balades are biannual and the next event, Balades des Artiste 3 will be held in December 2019

Below John Day (Dayart) and Veronique Pouget (L’atelier Vero) with Annett in L’atelier Melusine infront of the copper plates by Serge Arnoux inspired by William Blakes ‘Proverbs of Hell’ and colour reprints by Robert Campbell Henderson.

DSC_0089 2.JPG
Pimms and Egg sandwidges along with Temporal Traces Magical Manuscripts

Pimms and Egg sandwidges along with Temporal Traces Magical Manuscripts

Coptic Magical Papyri and William Blake’s Illustrations of the Bible

Coptic Magical Papyri and William Blake’s Illustrations of the Bible

Temporal Traces Magical Manuscripts deuxieme vernissage along with Balade des Artistes partie deux

Friday provides a second vernissage opportunity to see the exhibition ‘Temporal Traces Magical Manuscripts’ which include the prints of Serge Arnoux, William Blake, Robert Campbell Henderson music and poetry of Luis Calero, Hugh McMillan as well as the tracings of Coptyic Magical Papyri, Korshi Dosoo and Raquel Martín Hernández .

With etchings, engravings, film, amination, sound works, sculpture, poetry and installations at Atelier Melusine you can also walk to the two other arts venues in La Trimouille, Atelier Vero and Dayart.

Each venue will be serving a speciality dish for this start of summer - we are being encouraged to celebrate an English summer (no little irony) so there will Pimms cup and egg sandwidges a plenty.

18.30 - 20.30

MORE IMPORTANTLY
This show is incredible and provides very rare opportunities to see ancient coptic manuscripts, alongside original copper etching plates and experience contemporary and digitised interpretations of the works as well as hearing the incredble interpretations of some of the oldest hymns known to the western world recreated by Spanish singer Luis Calero in a 12th ruined castle.

Dont miss out I am consistantly excited and inspired by the complexity and research behind this work

PDF V3.jpg

Temporal Traces - link to Robert Campbell Henderson’s website here :)
https://www.photokennel.com/temporal-tracings-exhibition?fbclid=IwAR2LN7L5BOcB8btOWzMb_F9Mp5R_y3rAeZmggx9mzt6UsDfzeLFo1KDsmYc

Temporal Traces Magical Manuscripts 11/05/2019 - Final Preparations

Very happy indeed to be welcoming Robert Campbell Henderson - Artist, Korshi Dosoo - Group leader; The Coptic Magical Papyri of the University Julius Maximilian University Wurzburg and Raquel Martín Hernández Spain, lecturer at the Department of Classics at the Universidad Complutense de Madrid to the Atelier this weekend for the opening of Temporal Traces Magical Manuscripts.
Other contributing artists and academics are; Edward O. D. Love, and 2. Markéta Preininger Svobodová of The Coptic Magical Papyri, Luis Calero - singer - PhD Universidad Autónoma de Madrid and Universidad Complutense de Madrid in Studies of the Ancient World, Hugh McMillan - poet - who by magical means may just arrive! And posthumouly Serge Arnoux and William Blake.

Works include etchings, monoprints, tracings of ancient magical papyri, poetry, photography and two films with original soundtracks by Luis Calero and Hugh McMillan

There will be a lecture and workshop led by the Coptic Magical Papyri and Raquel Martín Hernández on sunday 12 Mai, for which there are still 2 spaces remaining, so email directly if you would like to register.
annett897@btinternet.com

It is currently raining so the drought we have been anxious about here in France is being slaked and the weather for the picnic on sunday should be perfect. I am off to make the beds and put lavender bags under pillows and finish the two cinema spaces, one in the attic, one in the crypt!

Two 'Dolls - Pupa' artists and Day Bowman at the 58th Venice Biennale :)

Lovely news that two of the artists from our last show 'Dolls-Pupa' ; Anna Fairchild and Dr David Hancock of Paper Gallery as well as painter Day Bowman whose work is our September exhibition are all represented at the 58th Venice Biennale. May 09 - November 30 2019

Anna Fairchild: MINISCULE VENICE Exhibition at Fondamenta Sant'Anna, Sestiere Castello, 996A, 30122 Venezia VE, Italia - 10 May - 21 July 2019

Day Bowman: Prize-winner of the Anima Mundi Its Liquid International Competition Painting Prize. THE ROOM Contemporary Art Space, Calle Larga San Marco 374, Venice (just off Piazza San Marco).
Open daily 10 am - 5 pm

David Hancock: Personal Structure. PAPER Pavilion, ECC, Palazzo Mora, Venice.

Morgan will be travelling to Venice in September. I will be in La Trimouille feeling a little jealous.

Below, the Dolls - Pupa exhibition in its entirety taken down from the gallery walls and archived as a single book. It is available from me as a PDf annett897@btinternet.com

Live events in L'atelier Hugh McMillan, Jonas Read and Katy Ashcroft

As part of our programme of events in the summer of 2019 we have several guest artist performances, Scotts poet Hugh MacMillan will present ‘Blash o God’ on the roof top gardens on 31st May as part of Temporal Traces Magical Manuscripts, Jonas Read of the BIg Geraniums will give a live performance of musical works as part of the launch of his photographic exhibition his life in NYC which opens on 19 July (after the BG’s sold out gig in Dublin the week before) and UK artist Katy ashcroft will play an acoustic set in the space in August.

Here is the link to Hugh McMillan and Robert Campbell Hendersons ‘Blash o God’ which will be showing in the attic space from 11 May - 29 June

https://video.search.yahoo.com/yhs/search?fr=yhs-domaindev-st_emea&hsimp=yhs-st_emea&hspart=domaindev&p=hugh+mcmillan+youtube#id=17&vid=75ec442b49da247fe8eeb352f1180ccc&action=view

Here are the Big Geraniums back in 1997

https://video.search.yahoo.com/yhs/search?fr=yhs-domaindev-st_emea&hsimp=yhs-st_emea&hspart=domaindev&p=youtube+the+big+geraniums#id=2&vid=ec86c227331fa6c30ec09bab15082a68&action=view

Katy Ascroft Jan 2019

https://www.youtube.com/watch?v=Aa_w7QCuxik

Dolls - Pupa - Final week and full list of contributing artists

Dolls - Pupa entering its final week at L'atelier Melusine - some shots of the text based show. Work by:
Annett
Mongrel
Roman Kalinovski
Rowena Willard-Wright
Sabine Jeanne Bieli
Tess Jaray
Deborah Dallyn
G.L. Brierly
Jamie Jackson
Gordon Mckenna
Bruce Jonez
Mindaugas Gapševičius
Sez Thomasin
Carlo Gori
Freya Payne
Merrill Rauch
Lydja Uta SzatKowska
John Thomson Prinzhorn Dance School, piece REIGN
Katarzyna Borelowska
Fatma Ramadan
Waliya Yohanna Joseph
Marie di Gaetano
Alison Thomas
Yasmein Hussan
Colin A . Low
Susan Johanknecht
Anna Fairchild
Gaelle Gebel
David Hancock
Froso Papadimitriou
Christopher Smith
Miss K

Temporal Traces Magical Manuscripts - preparation :)

Working with Robert Campbell Henderson towards 'Temporal Traces Magical Manuscripts' which opens with work by Serge Arnoux, William Blake as well as Hugh McMillan and the Coptic Magical Papyri on 11 May 2019

'Dolls - Pupa' Extracts 4...

As the Dolls - Pupa exhibition comes into its final ten days visitors are still rapt in its varied and considered content. What at first seems ‘fun’ or emphemeral transpires to be deeply moving and hold strange and plural connections, visitor ages last week varied from 7 - 77 and all experienced delight and surprise.

Today I attach several of the shorter texts;

Puppen de la trimouille - Susan Johanknecht

Puppen de la trimouille - Susan Johanknecht

1.     Sez Thomasin : BabyWriter

Babywriter

I take my pen and start to write the foetus.
Dipping my quill into the seething ink
Which, sapient, awaits life in its tube
I fill the world with verbal progeny
On artificial vellum leaves they spawn
And issue forth from my life-giving word.

They say in the beginning was the Word,
But once upon a time the human foetus
Grew in its mother’s womb, from father’s spawn
Back then, the source of life was never ink.
From lust and pleasure came our progeny.
But now it’s just the writers and the tube.

We sit at desks around the metal tube.
Creating life with every written word.
The virus came and killed our progeny
And, in the womb, wiped out each new-formed foetus.
We found we could survive by using ink
And now through words alone can humans spawn.

We’ve learned to love our pretty, wordborn spawn,
And venerate the life within the tube.
As long as we can write our dreams in ink,
The human race can live in written word.
They grow up fast. Soon they will write each foetus
They will forget that they’re our progeny.

Sometimes, we’re scared of our own progeny.
Fleshborn, they call us, or organicspawn.
They snigger when I say I was a foetus
Inside my mother, never in the tube.
And ask me how, if never born of word.
I understand the passions of the ink?

I tell them fleshborns first created ink,
To write our stories, not our progeny.
They stare at me, and don’t believe a word.
What is ink for, to them, if not to spawn?
The wordborn have no stories, and the tube
Can only fill our pens to write a foetus.

I write the words down in the living ink
Another foetus joins my progeny
Organicspawn: the servant of the tube

2.     Marie di Gaetano : LA SOLITUDINE DI UNA BAMBOLA

 

LA SOLITUDINE DI UNA BAMBOLA

 

 

Dal cassetto della sua scrivania

sento voci, odo suoni

 

mastico ricordi e invoco

memorie

che non esistono più.

 

Che non torneranno

mai più

 

Soffro.

 

Piango.

 

Sussurro il suo nome.

 

Nessuno sente le mie lacrime,

Nessuno ascolta il mio dolore:

 

“Non sono più la sua bambina…

Non sono più il suo rifugio!”

 

Ora, sono solo un filo cucito,

una trama e un ordito.

 

Un’anima mai esistita, piena di ricordi

intrappolata in un corpo

 

di plastica..

3. Colin A Low. Dolls

Dolls.

Simulation of life,

Adam pre-spirit,

Frankenstein pre-electricity.

Dolls are all outside, no inside, a cavity for spirits,

a home for Klippot,

eyes that are either lifeless or necessarily inhuman.

Tara - Image courtesy of J.Jackson

Tara - Image courtesy of J.Jackson

4. Tara - Jamie Jackson
Voici Tara

Tara a été ramenée d'un centre Nyingma à Amsterdam, fabriqué au Népal, la tradition Nyingma est la plus ancienne des quatre grandes écoles du bouddhisme tibétain Nyingma" signifie littéralement " ancienne ",

Tara a ensuite été remplie et consacrée selon la tradition Kagyu du bouddhisme tibétain avec des reliques de Rinpoché et d'autres objets spéciaux du Tibet et bénie par un lama, qui fut l'une des premières religieuses anglaises à se retirer en Inde et au Népal dans les années 70.

Conformément à une tradition basée sur plus de 1000 ans de transmissions entre enseignants et élèves.

5.  Bryan Jonez : Puppet

Puppet

You pull my strings with your Machiavellian manifesto.

Motions, emotions, devotions; tangentially twisted.

You hold me

Child like, Toy like, but void of Light.

Wooden, Woven, Plastic Plated, Rag filled, Stuffing soft

Malleable; you Manipulate me.

Treat me ; Beat Me ; Play with me as you will

Tie me to your soul

For I am just a Doll

For Toying with

 

 

6.   Merrill Rauch : Duck Boy 

Death reminders
Memories of what was…
ghosts of someone’s childhood
Unwanted now
Unloved
Discarded
Damaged
Broken dreams and imagination
Physical manifestation of lost souls...

 

 

 

'Dolls - Pupa' Review by Marion Austin Cooke

I am fortunate enough to have the opportunity to visit Atelier Melusine fairly often, living in the area of SW France where it is located in the small own of La Trimouille. Atelier Melusine is remarkable not only for its unique location built into the old rampart walls of the original 11th century castle, but also for the multi-media contemporary works on display.

The current exhibition is ‘Dolls - Pupa’, going through to 4 May 2019

Sally Annett, has curated exhibits submitted from 25 artists globally. This is primarily a text focused exhibition, but also includes non literary exhibits.

There are several different rooms and spaces to move through, the curation to be grouped in such a way that you can take the time to read the text in a quiet focused state, or watch video submissions in the cinema space with good volume, or take part in the Doll’s tea party, for example, and have comfortable conversation. Functionally and aesthetically, this works very well.

The interactive elements to this exhibition, keep the subject matter fresh, and gives the visitor the chance to move in and out of the text based focus. This is helpful in allowing absorption and consideration of the ideas each artist is sharing.

‘Dolls’ is/are a fascinating subject, and the exhibition evokes different responses, ideas and associations for everyone. We are reminded of not only the extreme antiquity of the role of dolls in our world, but the enduring functions they play, and the evolution of those roles into something that we struggle to define as we hesitantly embrace the advance of Artificial Intelligence and humanoid robotics.

Dolls have representation across every imaginable facet of our lives. From the innocence of child’s play and the Doll’s Tea Party, brilliantly set up in this exhibition as an interactive component, (with tea and cakes and photo opportunities), to war, religion, slavery, violence and beyond.

The exhibits are at once provocative, disconcerting, resonant and fascinating. Science blends with the metaphysical. 
Projected onto ancient rampart walls, I watch a beautiful video from Polish artist Katarzyna Borelowska questioning the destiny of knowledge that is believed would be imparted to he who harvests rice, now that task is done by remotely controlled machines. That traditionally when you eat rice you remember the incarnations of your ancestors and is this transmission lost or just differently evolved through machine living? To what extent might organic beings blend with inorganic, individual mind with hive mind?

Science comes to the fore again with the premise that all matter has electrical property, and therefore, the interaction of organic and non organic matter can be demonstrated through chemical reactions that are transducers of energy into light or sound. 
A very interesting and thought provoking concept.

Could AI ultimately have the ability to have emotions or responses that are not programmed but an extension of the organic component? Is this a comfortable thought, or a disturbing thought? Would this make us feel reduced in some way, or wanting to mask our feelings to avoid intrusion? Would we seek to become empty inside to protect ourselves.....would we become more like dolls?

This is an exhibition to take some time to see. It demands reflection and elicits questions that you might not know you have inside you. It is an important body of work and highly relevant to the changing world we are in. Don’t miss it.

Marion Austin Cooke

Below a detail from ‘Melanippe’s Teaparty’

DSCF1996.JPG

Dolls - Pupa - extracts 3

Rowena Willard-Wright

 

Me

Not me

Ideal me

Secret me

Being kind to me

Being angry at me

Loving me

Me as my thoughts

Me as my feelings

My imagined world

My physical body

This list of me-ness above is inspired by the meaning of each of the 10 Sephirot, or emanations, used by the Jewish mystical system, known as the kabbalah. This uses the human body as a schema or framework, called Adam Kadmon, onto which are placed the Sephirot, each describing a different aspect of human corporeal and imaginative experience and non-corporeal belief. These aspects are then used to attempt to understand both wider creation and in some aspects, the deity itself.

In Judeo-Christian theology the deity is described as needing to create humanity in order to understand itself, creating it in the deity’s own image. Thus humanity is the doll of the deity, but it could be equally argued that the deity is the doll of humanity, physically so in the case of religious icons and statues, whereas the kabbalist schema is the intellectual version of what god might be, deities and humanity both needing and being a reflection of each other.

All of this originates with the interactions, which we as children instinctually role-play out with dolls. In this essay I want to define the doll as an object made to resemble or represent a living thing. Playing with dolls is essentially a creative and imaginative act, with the complex function of teaching us to be our selves, by giving us an other that we can manipulate safely. Painting and all acts of creating are variants on this me, not-me, process.

To truly look at yourself from the outside, as ‘others’ see you, is a variant of this idea. One that takes courage, creativity not only reveals the ‘good’ but also the failed, and ‘evil’ side of the self. Watching yourself move and speak on a screen is often an excruciating experience, as we are able to judge ourselves as we do others. Likewise, the creation of realistic, moving, thinking, and speaking dolls reveals more of the human than we are comfortable with.

Humans are deeply discriminatory both as adults and especially so as children. Children choose who to play/ or have relationships with in a particularly intense manner. Thus if I identify another child as being different from my friends and I, they are viscerally feared by the group and as a result may be bullied. This is how normal and normative development is engendered, with the ‘authentic’ being centred on the self.

The doll is different to the human on many levels, this is acceptable as long as they have no agency, but as soon as they speak and interact with how we think, as in artificial intelligence, it appears to usurp us.  We are no longer ‘in control’ of this imagined space, therefore our fears may be realised, as in the process of dreaming where we are no longer consciously in control of the imagination and we are forced to experience our fears. Likewise, we don’t expect the inanimate to have any emotions, as if emotions are tied specifically to the animal or organic body, and intellect to the mechanised mind, which is without emotion and therefore empathy.

There is an interesting reaction to this that occurs in displays at museums and other places where histories are interpreted, and where notions of authenticity are being addressed and the narrative of the community created. If there is an aspect of falseness openly existing in such spaces, then we feel fooled, even on such a small and almost inconsequential level as fake food, there is an instinctual need to damage it. This occurs as people check their visual assumption that it is or isn’t real with touch, which tips over into destructiveness, either picking or even deliberately hiding, dropping or otherwise damaging the fake item. Thus when you mix both in the same space there is a sense of unease ,as with the animated doll, but it is only an object, and therefore we are permitted to destroy it, in order to keep the archetype ‘real; or perhaps ‘safe’.

Humanity as a species is deeply violent, constantly holding in tension its idea of what is to be nurtured and what is to be destroyed. The Protestant reformation in Britain was physically played out in its churches through the destruction of thousands of sculptures, in particular those depicting people, denigratingly called ‘puppets’ by their destructors, a title which reveals their fear of personal, emotional and intellectual manipulation by means of these humanoid sculptures. Where complete schemes still remain in their damaged state, such as the Lady Chapel at Ely Cathedral, these headless figures continue to haltingly speak their original narrative, but this is overlaid with another, which rebukes us for our destructiveness.

Likewise, a destroyed or damaged doll somehow has the power to rebuke because of the complexities of it being real or not real. Because the doll is based on the archetype of the child, which is at threat of being destroyed by the angry parent or adult if there is no love, something we sensed deeply as a child. The doll in its moment of being damaged switches to being the angry parent, the archetype that represents the consequences due to us as a child if we destroy a toy.

The trope of the haunted doll contains all of this within it, often a damaged item, they no longer seem to vulnerable child-like beings and instead are unnaturally ageless, reflecting back to us our own fears of disapproval from the parent, but also our own sense of guilt as we left our childhood and childish things behind, as narrated in the film franchise Toy Story. The destruction of a doll is the destruction of ourselves as a child, which haunts us. Deep within the pain of nostalgia on seeing a childhood toy is the sense that part of us is now, in some sense, dead.  

The centering of authenticity on the self is a continuous process of self and ‘othering’, which does not cease in adulthood. One form in which this appears is as political beliefs, especially those based around nationalism, gender bias, religious bigotry, political tribalism or racism. Politics is thus a vehicle for discrimination between the authentic and inauthentic, the real and the other, the fake and the true, but it is discrimination that is, for the most part, based like the child’s, on an instinctual ideal of authenticity and is not objective or evidence based. If a view does not fit our emotional idea of authenticity, it is fake and thus should be ‘destroyed’ or disbelieved.

As in childhood, those who are most like me are good, the most authentic, those who are the most different are alien and thus to be feared, hated, or controlled by being sent to the periphery of society, and in some cases destroyed. Where as the inorganic is seen as intellectually superior and therefore to be feared and destroyed, the organic other, in the form of the opposite gender, colour of skin or different language user, is inferior and thus is to be feared and dominated and sometimes destroyed, in order to keep society authentic.

This also plays out in personal relationships, under stress, the other partner becomes the misbehaving doll, the inauthentic partner, thus emotionally the child-doll role is switched on in the mind and the inauthentic partner can be chastised, verbally and physically - the ‘safe space’ of play overwriting the ‘real world,’ giving permission for the child-partner to become damaging or violent.

The doll is an extraordinary archetype, in that it is a tool, not for feeding or manipulating the material world around us, but for manipulating ourselves and is thus is part of ourselves. It is this close relationship with the doll which means it is perhaps the most concentrated or totemic of all the material culture that we create.

My father died recently, and there is nothing as charged as entering the house or living space of the recently deceased. No object is owned as powerfully as that which belongs to the recently dead. Every item loses its original sense of purpose in the minds of those charged with their dispersal, as they become the surrogate for the dead person.

Some items are too powerfully charged in our minds to dispose of carelessly, our actions in this moment of liminal time have to be thought through with extra care. This process of disposal of goods associated with the dead is ritualised in many cultures, by the offering of a personal item, with the body, to the afterlife, or the keeping of an object, or even body part, in order to prevent the total dissolution of that person. It is this subconscious need to treat items belonging to the dead differently which is behind our museums and the saving of ‘authentic’ memorabilia relating to individuals or events.

In my case the most alive or charged item belonging to my father, who was unable to hold onto or feel safe in any relationship, was a teddy bear that he slept with. It was too much a part of who he was to be destroyed carelessly, or handed on to another, and too “haunted” by him and his emotional self to be kept (Most ghost stories relate to moments, places or objects charged with extreme pain).

This teddy bear was his doll, thus it was physically and emotionally tightly linked with his essence for me, and so the only fitting course of action was to have it buried with him; both to continue to keep him company, but also to ensure that he was whole in death

These thought processes could be described as rooted in ‘superstition’, which can be seen to be the result of the dialogue that we continually have with this interior, ‘other’ world in which items like the doll exist as beings of reality.  The conscious self can stand back and wonder at such ‘irrational’ actions, but this ‘other’ world directly emotionally effects all of us, because of our intrinsic need for a ‘safe’, controlled and imagined ‘other,’ through which we all assess and judge and make decisions in the ‘real’ world.

·      The Comfort of Things, Daniel Miller

·      Death, Mourning, and Burial: A Cross-Cultural Reader (The Human Lifecycle: Cross-Cultural Readings), edited by Antonius C. G. M. Robben 

·      Handbook of Autobiography? Autofiction, edited by Martina Wagner-Egelhaaf

·      The Routledge Handbook of Language and Intercultural Communication

 edited by Jane Jackson

·      Child and psychological aspects of a doll (Theoretical approach)

Jasna Gržinić, PhD 2009

Rowena Willard-Wright

Moi

Pas moi

Idéal moi

Secret me

Etre gentil avec moi

Etre en colère contre moi

M'aimer

Moi comme mes pensées

Moi comme mes sentiments

Mon monde imaginaire

Mon corps physique

Cette liste de moi ci-dessus est inspirée par la signification de chacune des 10 Séphirot, ou émanations, utilisées par le système mystique juif, connu sous le nom de kabbale. Il utilise le corps humain comme schéma ou cadre, appelé Adam Kadmon, sur lequel sont placés les Séphirot, chacun décrivant un aspect différent de l'expérience corporelle et imaginative humaine et de la croyance non corporelle. Ces aspects sont ensuite utilisés pour tenter de comprendre à la fois la création au sens large et, dans certains aspects, la divinité elle-même.

Dans la théologie judéo-chrétienne, la déité est décrite comme ayant besoin de créer l'humanité pour se comprendre elle-même, la créant à son image. Ainsi, l'humanité est la poupée de la divinité, mais on pourrait également soutenir que la divinité est la poupée de l'humanité, physiquement dans le cas des icônes et des statues religieuses, alors que le schéma kabbaliste est la version intellectuelle de ce que Dieu pourrait être, les divinités et l'humanité ayant besoin les unes des autres et étant à la fois un reflet des autres.

Tout cela trouve son origine dans les interactions que nous, les enfants, jouons instinctivement avec des poupées. Dans cet essai, je veux définir la poupée comme un objet fait pour ressembler ou représenter un être vivant. Jouer avec des poupées est essentiellement un acte créatif et imaginatif, avec la fonction complexe de nous apprendre à être nous-mêmes, en nous donnant un autre que nous pouvons manipuler en toute sécurité. La peinture et tous les actes de création sont des variantes de ce processus moi, pas moi.

Se regarder vraiment de l'extérieur, tel que les'autres' vous voient, est une variante de cette idée. La créativité, qui demande du courage, ne révèle pas seulement le " bien ", mais aussi le côté " maléfique " de soi. Se regarder bouger et parler à l'écran est souvent une expérience atroce, car nous sommes capables de nous juger nous-mêmes comme les autres. De même, la création de poupées réalistes, émouvantes, pensantes et parlantes révèle plus de l'humain que nous ne sommes à l'aise avec.

Les êtres humains sont profondément discriminatoires en tant qu'adultes et surtout en tant qu'enfants. Les enfants choisissent avec qui jouer ou avec qui avoir des relations particulièrement intenses. Ainsi, si j'identifie un autre enfant comme étant différent de mes amis et de moi, ils sont viscéralement craints par le groupe et, par conséquent, peuvent être victimes d'intimidation. C'est ainsi que le développement normal et normatif est engendré, l'"authentique" étant centré sur le soi.

La poupée est différente de l'humain à plusieurs niveaux, c'est acceptable tant qu'ils n'ont pas d'agence, mais dès qu'ils parlent et interagissent avec notre façon de penser, comme en intelligence artificielle, il semble nous usurper. Nous ne sommes plus " en contrôle " de cet espace imaginaire, donc nos peurs peuvent se réaliser, comme dans le processus de rêver où nous ne sommes plus consciemment en contrôle de l'imagination et nous sommes forcés de vivre nos peurs. De même, nous ne nous attendons pas à ce que l'inanimé ait des émotions, comme si les émotions étaient liées spécifiquement au corps animal ou organique, et l'intellect à l'esprit mécanisé, qui est sans émotion et donc empathie.

Il y a une réaction intéressante à cela qui se produit dans les expositions dans les musées et autres lieux où l'histoire est interprétée, où les notions d'authenticité sont abordées et où le récit de la communauté est créé. S'il y a un aspect de fausseté qui existe ouvertement dans de tels espaces, alors nous nous sentons bernés, même à un niveau aussi petit et presque sans importance que la fausse nourriture, il y a un besoin instinctif de l'endommager. Cela se produit lorsque les gens vérifient leur supposition visuelle qu'il est ou n'est pas réel avec le toucher, ce qui fait basculer dans la destructivité, soit en choisissant ou même en cachant délibérément, en laissant tomber ou en endommageant autrement le faux article. Ainsi, lorsque vous mélangez les deux dans le même espace, il y a un sentiment de malaise comme avec la poupée animée, mais ce n'est qu'un objet, et donc nous sommes autorisés à le détruire, afin de garder l'archétype'réel' ; ou peut-être'sûr'.

L'humanité, en tant qu'espèce, est profondément violente, retenant constamment en tension son idée de ce qui doit être nourri et de ce qui doit être détruit. La Réforme protestante en Grande-Bretagne s'est physiquement déroulée dans ses églises par la destruction de milliers de sculptures, en particulier celles représentant des gens, dénigrant les marionnettes appelées par leurs destructeurs, un titre qui révèle leur peur de la manipulation personnelle, émotionnelle et intellectuelle par le biais de ces sculptures humanoïdes. Là où des schémas complets subsistent encore dans leur état endommagé, comme la chapelle de la Dame à la cathédrale d'Ely, ces personnages sans tête continuent de parler de façon haletante de leur récit original, mais celui-ci se superpose à un autre, qui nous réprimande pour notre pouvoir destructeur.

La trope de la poupée hantée contient tout cela en elle, souvent un objet endommagé, ils ne semblent plus être des êtres vulnérables comme des enfants et sont plutôt anormalement sans âge, ce qui nous renvoie à nos propres peurs de désapprobation de la part de nos parents, mais aussi à notre propre sentiment de culpabilité lorsque nous laissons derrière nous notre enfance et des choses enfantines, comme raconté dans le film Toy Story, franchise. La destruction d'une poupée est la destruction de nous-mêmes en tant qu'enfant, qui nous hante. Au fond de la douleur de la nostalgie de voir un jouet d'enfance est le sentiment qu'une partie de nous est maintenant, dans un sens, mort.

Le centrage de l'authenticité sur le soi est un processus continu de soi et d'"altérité", qui ne cesse pas à l'âge adulte. L'une des formes sous lesquelles cela apparaît est celle des convictions politiques, en particulier celles fondées sur le nationalisme, les préjugés sexistes, le sectarisme religieux, le tribalisme politique ou le racisme. La politique est donc un véhicule de discrimination entre l'authentique et l'inauthentique, le réel et l'autre, le faux et le vrai, mais c'est une discrimination qui est, pour l'essentiel, basée comme celle de l'enfant, sur un idéal instinctif d'authenticité et non sur l'objectif ou la preuve. Si un point de vue ne correspond pas à notre idée émotionnelle de l'authenticité, il est faux et doit donc être " détruit " ou incrédule.

Comme dans l'enfance, ceux qui me ressemblent le plus sont bons, les plus authentiques, ceux qui sont les plus différents sont étrangers et donc à craindre, à haïr ou à contrôler en étant envoyés à la périphérie de la société, et dans certains cas à détruire. Alors que l'inorganique est considéré comme intellectuellement supérieur et donc à craindre et à détruire, l'autre organique, sous la forme du sexe opposé, de la couleur de peau ou de l'utilisateur d'un autre langage, est inférieur et doit donc être craint, dominé et parfois détruit, afin de garder la société authentique.

Cela se joue aussi dans les relations personnelles, sous le stress, l'autre partenaire devient la poupée qui se conduit mal, le partenaire inauthentique, ainsi émotionnellement le rôle de la poupée est activé dans l'esprit et le partenaire inauthentique peut être châtié, verbalement et physiquement - l'"espace sûr" du jeu écrasant le "monde réel", donnant à l'enfant partenaire la permission de devenir agressif ou violent.

La poupée est un archétype extraordinaire, en ce sens qu'elle est un outil, non pas pour nourrir ou manipuler le monde matériel qui nous entoure, mais pour nous manipuler nous-mêmes et fait donc partie de nous-mêmes. C'est cette relation étroite avec la poupée qui fait qu'elle est peut-être la plus concentrée ou la plus totémique de toutes les cultures matérielles que nous créons.

Mon père est décédé récemment, et il n'y a rien d'aussi chargé que d'entrer dans la maison ou l'espace de vie de la personne récemment décédée. Aucun objet n'est possédé aussi puissamment que celui qui appartient aux morts récents. Chaque objet perd son sens d'origine dans l'esprit des personnes chargées de sa dispersion, car il devient le substitut de la personne décédée.

Certains objets sont trop chargés dans notre esprit pour qu'on puisse s'en débarrasser négligemment, nos actions en ce moment de temps liminal doivent être réfléchies avec un soin particulier. Ce processus d'élimination des biens associés aux morts est ritualisé dans de nombreuses cultures, par l'offrande d'un objet personnel, avec le corps, à l'au-delà, ou la garde d'un objet, ou même d'une partie du corps, afin d'empêcher la dissolution totale de cette personne. C'est ce besoin inconscient de traiter différemment les objets appartenant aux défunts qui se cache derrière nos musées et la sauvegarde de souvenirs " authentiques " relatifs à des individus ou des événements.

Dans mon cas, l'objet le plus vivant ou le plus chargé appartenant à mon père, qui ne pouvait se sentir en sécurité dans aucune relation, était un ours en peluche avec lequel il couchait. C'était trop une partie de qui il devait être détruit par négligence, ou transmis à un autre, et trop "hanté" par lui et son moi émotionnel pour être gardé (la plupart des histoires de fantômes concernent des moments, des lieux ou des objets chargés d'une douleur extrême).

Cet ours en peluche était sa poupée, donc il était physiquement et émotionnellement lié à son essence pour moi, et donc la seule chose à faire était de l'enterrer avec lui ; à la fois pour continuer à lui tenir compagnie, mais aussi pour s'assurer qu'il était entier dans la mort.

Ces processus de pensée peuvent être décrits comme enracinés dans la " superstition ", qui peut être considérée comme le résultat du dialogue que nous entretenons continuellement avec cet " autre " monde intérieur, dans lequel des objets comme la poupée existent comme des êtres de réalité. Le moi conscient peut prendre du recul et s'émerveiller devant de telles actions " irrationnelles ", mais cet " autre " monde nous affecte tous directement sur le plan émotionnel, en raison de notre besoin intrinsèque d'un " autre " " sûr, contrôlé et imaginé, par lequel nous évaluons, jugeons et prenons des décisions dans le monde " réel ".

·      The Comfort of Things, Daniel Miller

·      Death, Mourning, and Burial: A Cross-Cultural Reader (The Human Lifecycle: Cross-Cultural Readings), edited by Antonius C. G. M. Robben 

·      Handbook of Autobiography? Autofiction, edited by Martina Wagner-Egelhaaf

·      The Routledge Handbook of Language and Intercultural Communication

 edited by Jane Jackson

·      Child and psychological aspects of a doll (Theoretical approach)

Jasna Gržinić, PhD 2009

Dolls - Pupa - extracts 2 - David Hancock

David Hancock – A Still Life

 

My work attempts to make palpable the psychological gap between the world that we physically experience and the psychological states through which it is apprehended. I achieve this by painting from staged tableaux. These are rendered in a hyper-realistic style painted directly from miniature still-life sets.

Within my work, key themes become apparent: online identities, failed utopias, anachronistic practices, and escapist communities. Yet within these themes, my work is rooted in the tradition of painting; signifiers are taken from historical works of art, sources and themes. However, these are suggested through the appropriation of composition, gestures or objects, in an attempt to grasp the continued relevance of painting and its ability to communicate within the prevalence of digital media.


Though rooted in the archaic practice of painting, the work is concerned with opening up the possibilities that exist at the juncture between painting and digital media. Painting's continued presence highlights a society on the cusp: actively embracing and making the best use of digital technology but not ready to relinquish more traditional means of production. Though painting could be seen as a reaction to the proliferation of digital technologies, my paintings actively embrace this immersivity. For the communities I represent, immersion into the virtual is not sufficient, and instead their preference is towards the physical realm where they can manipulate and engage more tangibly.

Leda and the Swan. Hancock. Gouache on Paper

Leda and the Swan. Hancock. Gouache on Paper

 

As a painter, my intention is to create fantastical immersive worlds. I attempt to document the obsessions of a generation who wish to believe in utopia, but suffers from the knowledge of its decline. Immersed in gaming culture or social networking, the work portrays individuals that find acceptance and esteem in like-minded communities. Within these communities they attempt to create their own ideal society. The works form part of a broader conceptual examination of the resonance between the cult of the individual and anonymity in today’s media saturated world.

 

Over the past couple of years I have shifted my practice from working from a photographic source to working from life. Through this exploration I came to focus on painting still life. The still life objects allowed my work a grounding in reality, whilst I also experimented with identity through the use of Ball-Jointed Dolls (BJDs). Produced in Japan, Korea, and China, BJDs are customisable collectable dolls around which an international subculture has developed. The dolls are approximately 45cm in height and come completely blank, enabling collectors to create unique identities for them, purchasing clothes, wigs, shoes, and other accessories. Though still objects, the dolls become an avatar for each individual to participate in this subculture both online as well as in the real world.

 

Within my own work, the dolls have become a way for me to explore the concept of the artist’s studio, creating a self-contained world centred on each individual doll. They are my avatar as I investigate the process of painting and making art. The dolls are a manifestation of my own self; each one created from scratch in order to address and inhabit a specific still life using a variety of collected objects. Each doll is tailored to the tableau in which they will appear so that their appearance and dress compliments the objects within the still life. The whole tableau forms a loose narrative extending the persona I create.

 

The doll is also problematic, a rupture in the still life. It is both object and subject. The still life confirms its status as an object whilst the theme and narrative expand its subjectivity. For my part, the dolls are explorations of my own self, or what may be deemed a gendered feminine self, irrespective of the assigned gender of the chosen doll. The dolls are empty vessels, literally cast into a gender. Though in reality, they are, after all, inanimate and made of resin. Each of them has the potential to be a facet of myself, and the decisions I make in dressing the dolls are how I might dress myself in an ideal world and with the ideal body-type, male or female. The finished dolls are closely aligned to my own personality and tastes. In many ways, I see the dolls as a form of drag, a way of me performing the act of painting within the studio and adopting a specific identity and narrative in order to address the role of a male artist and its impedimenta: its history, its privilege, its subjugation. Whether a male or female doll, I see them as ungendered, reflecting the fluidity necessary to enact the narrative constructed in the studio, imbibing aspects of my own identity, relating specifically to the narrative construct. They each address a physical form that I can inhabit for the purpose of creating the painting that is impossible for me to physically manifest.

The Peacock. Hancock. Gouache on Paper

The Peacock. Hancock. Gouache on Paper

David Hancock - Une nature morte

Mon travail tente de rendre palpable le fossé psychologique entre le monde que nous vivons physiquement et les états psychologiques à travers lesquels il est appréhendé. J'y parviens en peignant à partir de tableaux mis en scène. Ceux-ci sont rendus dans un style hyperréaliste peint directement à partir de natures mortes miniatures.

Dans mon travail, des thèmes clés se dégagent : identités en ligne, utopies ratées, pratiques anachroniques et communautés échappées. Pourtant, à l'intérieur de ces thèmes, mon travail est enraciné dans la tradition de la peinture ; les signifiants sont tirés d'œuvres d'art historiques, de sources et de thèmes. Cependant, ceux-ci sont suggérés par l'appropriation de la composition, des gestes ou des objets, afin de tenter de saisir la pertinence continue de la peinture et sa capacité à communiquer dans le cadre de la prévalence des médias numériques.

Bien qu'enracinée dans la pratique archaïque de la peinture, l'œuvre s'attache à ouvrir les possibilités qui existent à la jonction entre la peinture et les médias numériques. La présence continue de la peinture met en évidence une société sur le point d'adopter et d'utiliser au mieux la technologie numérique, mais qui n'est pas prête à renoncer à des moyens de production plus traditionnels. Bien que la peinture puisse être considérée comme une réaction à la prolifération des technologies numériques, mes peintures embrassent activement cette immersivité. Pour les communautés que je représente, l'immersion dans le virtuel n'est pas suffisante et leur préférence va plutôt vers le domaine physique où elles peuvent manipuler et s'engager de façon plus tangible.

En tant que peintre, mon intention est de créer des mondes immersifs fantastiques. Je tente de documenter les obsessions d'une génération qui souhaite croire en l'utopie, mais qui souffre de la connaissance de son déclin. Plongé dans la culture du jeu ou du réseautage social, l'œuvre dépeint des personnes qui trouvent acceptation et estime dans des communautés aux vues similaires. Au sein de ces communautés, ils tentent de créer leur propre société idéale. Les œuvres s'inscrivent dans une réflexion conceptuelle plus large sur la résonance entre le culte de l'individu et l'anonymat dans le monde saturé des médias d'aujourd'hui.

Au cours des deux dernières années, j'ai changé ma pratique, passant d'une source photographique à un travail de la vie. Cette exploration m'a permis de me concentrer sur la peinture des natures mortes. Les natures mortes ont permis à mon travail de s'enraciner dans la réalité, tandis que j'expérimentais aussi l'identité à travers l'utilisation de Poupées à Boules (BJDs). Produites au Japon, en Corée et en Chine, les BJDs sont des poupées de collection personnalisables autour desquelles une sous-culture internationale s'est développée. Les poupées mesurent environ 45 cm de haut et sont entièrement vierges, ce qui permet aux collectionneurs de créer des identités uniques pour eux, en achetant des vêtements, des perruques, des chaussures et autres accessoires. Bien qu'elles soient encore des objets, les poupées deviennent un avatar pour que chaque individu puisse participer à cette sous-culture aussi bien en ligne que dans le monde réel.

Dans mon propre travail, les poupées sont devenues pour moi un moyen d'explorer le concept de l'atelier de l'artiste, créant un monde autonome centré sur chaque poupée individuelle. Ils sont mon avatar alors que j'étudie le processus de la peinture et de l'art. Les poupées sont une manifestation de moi-même ; chacune d'entre elles a été créée à partir de rien afin d'aborder et d'habiter une nature morte spécifique en utilisant une variété d'objets collectés. Chaque poupée est adaptée au tableau dans lequel elle apparaîtra afin que son apparence et sa tenue vestimentaire complètent les objets de la nature morte. L'ensemble du tableau forme une narration lâche qui prolonge le personnage que je crée.

La poupée est également problématique, une rupture dans la nature morte. C'est à la fois objet et sujet. La nature morte confirme son statut d'objet tandis que le thème et le récit élargissent sa subjectivité. Pour ma part, les poupées sont des explorations de mon propre moi, ou de ce qui peut être considéré comme un moi féminin sexué, quel que soit le sexe assigné à la poupée choisie. Les poupées sont des vases vides, littéralement jetés dans un genre. Bien qu'en réalité, ils sont, après tout, inanimés et faits de résine. Chacune d'entre elles a le potentiel d'être une facette de moi-même, et les décisions que je prends en habillant les poupées sont comment je pourrais m'habiller dans un monde idéal et avec le type de corps idéal, homme ou femme. Les poupées finies sont étroitement liées à ma personnalité et à mes goûts. À bien des égards, je vois les poupées comme une forme de traînée, une façon pour moi d'accomplir l'acte de peindre dans l'atelier et d'adopter une identité et une narration spécifiques pour aborder le rôle d'un artiste masculin et son empêchement : son histoire, ses privilèges, sa soumission. Qu'il s'agisse d'une poupée masculine ou féminine, je les vois comme non sexuées, reflétant la fluidité nécessaire à la mise en scène du récit construit dans l'atelier, absorbant des aspects de ma propre identité, en relation spécifique avec la construction narrative. Ils s'adressent chacun à une forme physique que je peux habiter dans le but de créer la peinture qu'il m'est impossible de manifester physiquement.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Dolls - Pupa Launch

The Dolls - Pupa show launched at a busy private view on Saturday 23 March, the blog will share images and text from the show over the next few weeks.
Todays selected piece is by french artist Lydja Uta Szatkowska,

Extracts from Pupae et Barbie
Lydja Uta Szatkowska 2019


entr(aill)es, peauxrtes ouvertes.

pas de son.g pour tâcher (les murs) d’apaiser le râl.e.

pas de brui(sson derrière lequel se cacher)t pour déranger

 

si c’est dans la fuite que les prophecies se réa

                        lisent (mes slignes, je n’ai plu peaur)

                        alors, je ne fui pas.

et je sais (lisez mes) main],[tenant (les votres je ne tremblerai plu) que tout venait de moi.

 

des larves me parasitent et piullulesnt en moi dans leur galleries.

comment n’ai-je pas crvu que c’était, avant tout, ma faute,

                        j’ai ignoré mes merdes jusqu’à la combustion ;

                        et dans la conn                       aissance

(transformée comme dû vain en hors)                       nouvrlle de mes excrema(n)t.ion.s, j’y ferai du compost.

 

avec une aiguille, percer chaque larve comme une perle

porter le collier de mes torts, qu'il soigne mes moisissures

Alors, je creuse enmoi et vis(serrée) dans le froid

                        d’une peau(rcelaine) évidé(ante)

                        qui cherche ses (h) rreurs.

 

Pouvoir dire : « ceci est à moi,

                        » ceci est envahi de larves.

                        » Quand il sera temps, j’y

                        » p1lent* .erai

                        » des fleurs. »

            01:03

 

------------------------------------------------------------------

      * processus, mais rien ne presse plu.

------------------------------------------------------------------

 

je n’espère plu, pas pour nous qui sommes chez nous dans un tombeau.

il n’y a plu d’ailleurs. devenu.e.s aobject. Hum.ain/us  .

 

les enfants dorment sans savoir que tout a ete vendu,

que nous leur offront la couleuvr de la fain

Ma chair, ici hummus de n’avoir plu

l’assurance du phare ; la lumière de tes yeux.

je m’accroche et je glisse

Ou. Plutôt.

            Mes doigts se décomposent et ne s’accrochent à rien

 

mon corps n’existe plu,

  je crois.         

   Amputée à moi-même,

  je m’oublie—mais j’en souffre quand-même

et dans les miroirs,je me rappelle que j’ai bu, dans le Léthée,

   à grande gorgées,

      pour que glissent les géllules.

 

 Dans les miroirs, je me retrouve :

mon reflet apaise la souffrance de mon spectre,

mon image, moi face à moi, et l’amour me réincarne pour éloigner les vers.      

      /Ils reviendront/

c’est une question de cycle, de mes menstruations qui ne saignent jamais

   peut-être suis-je déjà asséchée ?

peut-etre ont-ils tout bu.

 

et, si je vois dans la glace les vers fuir, ce n’est pas qu’ils ont peur.

c’est qu’ils attendent de voir me voir à nouveau humide.

              /Ils rviendront./

   Ici, la viande est bonne.

                        23:34

------------------------------------------------------------------

 

Pup({m}aison {perdue}), en ({comment} -fer {pour retrouver} mon chez moi)

        /en moi/

  Emménager

Avaler les cartons comme une vore.

 emmenager en moi

tlmnt (t{r}endue {impuissante, réduite} à raser {ma gueule}) les murs.

sous tension, peau-Quechua : j’y ferai ma maison.

        Plan({habi}ter l{m}es {entrailles ; repeau ; devenir le} sar{cophage et le cadavre qui l'habite})dines.

   j’emménage /en moi/

      jui dans mes yeux comme un siège, j me croirais dans ({toujours peur de mfaire braquer par}un f{d}ps {quand je chill} sans fl{r}ingues.)

  tout est immense      ;;

je ne suis plu—

         sûre de : si je suis moi

   ou : en moi

   ou : /ailleurs/

je prends des décisions et mon corps obéis, assujetti à ma pensée ; devenue Killgrave à moi-meme

  je suud plu sûre,,,

immobile dans ce canapé, je pense :

 

            « je ne suis plu en moi, j’ai quitté mon corps.

            » J’ai fait une overdose et j’irai en enfer »

 

      Je dégerpis, avec ou sans mon cadavre, pas le time.

Mon corpszilla est une maison de poupée qui panique dans la rue et prend 25 goutes de tercian direct dans la gorge. (C’est {ta faute}) amer.

 (Toutes les barb{ar}ies qu{i m’ont menées ic}i {ont su creus er ma} tombe)nt me font garçon manqué ; les accessoires chavirent ; je sauverai pas les meubles

    et de ma pupe ressort une larv{m}e.

                        03:44

------------------------------------------------------------------

 

les araignées se teirrsent et s’endorment et je leur dis

que je ne les reêverrai pas. Que je dois m»en[ger] aller.

  L’amertume du départ c’est avant tout l’amertume d’avoir cru bon de venir.

 

je n(e)’aban/donne rien, c’est faux. (C)e n(‘est) pas tant (un)e f(iasco)uite qu’un retour.

  la mor(ale n’est juste qu’un douloureux rappel. Et mon crâne

souffre, pas mon cœur.          Mon cœur) n’est pas encorps.

tant de choses à hur/iler mais confuse je chuchotte.

le téléphone grésillste. Répète. Répète. Répète.

à chaque mot raté que je dis à nouveau, j’en atténue la force.

je ne part[irai quand même. Mais] pour personne [ne comprend-

]

et ce soir, mes [valises atten]dent[. Je ne sais pas où je] ser[ai demain mais je serai en vie, pleine de lumière et libé]rée[ de leurs bra]s.

                        23:43

------------------------------------------------------------------

   Je n’ai qu’un bruit en bouclhe comme une (ob)session.

 

(Et de m[es ]a[ctions {que} je ne] mai[t/]prise {si bien}.)

 

Mon innosens, commune fleur sauvage.

            Non fragile par l’hiver—car je renais toujours ;

perce-neige

 fr.agile d'un monsdre qui m’arra(/cher)cherais à m  (faire) tairre

 

([Al]ors j’[e hurles s]ai[ns] pluß de crainte qu’an [a]vain[t]. [J’ose] tendr[e la main, sans detr]esse [ni urgence. En j’ose ouvrir ma main, pour aider s]an[s re]t[ou]re.  sœr[orités nouvelle]s.)

 

Ma voix que j’apprends à aime(ouvri)r. mon ?corps que je com|prens [pour {a}qui] si peu. ma fain jamais átteinte.

(J’ai découvert des [personne]s[éc]oeur[hante]s qui [n’]ont su [que] m'[e p]unir)

 

J’ai [fait le t]ri. Beacoup [de t]ri. [Souf]rire [n’a rien de] noble <d’un lien enfin tissé, et encore faible>.

 

j’ignore la morale mais je sais ma santé. et je vivrai ainsi, sans les lpois qui font mal a mon dos engourdi.

 

il est temps pour moi de trouver ma communauté. car j’y ai une place, j’en suis sure.      

                        22:08 - 22:14

------------------------------------------------------------------

 

une scalpel qui ouvre une a une chaque artère dans son long.

            /tra(n)chée/

  comme une nouvelle humaine en déni de son corps ; comme si devenir chair c’était devenir

            /faible/

 

  mon moi en kit ; femme-Ikéa qui s’arrache les yeux comme pour changer un vice ;

  mon corps-monument terrifié d’être ruine ; mon corps-catacombe qui contient mon cadavre

            /incomplet/

jme souviens me dire quand j’ai perdu mes ongles :

 

            « tant mieux. Jveux plu jamais d’objet dans ma chair »

 

 ;héritière d’un corps-grenade ; corps-Ficello mais :

    Fantasme d’un corps lisse, taillé d’un seul bloc

            /indivisible/

 

  je tire d’une main les organes de mon ventre et les brûles. Mes veines arrachées comme iels arrachent leurs perfs dans les films.

  >puis. j’extrais mes dents hors de moi qui, chacune leur tour, me comtent les secrets que j’avais ravalés mais qu’elles voulaient tant dire.

  >puis. bouchère et lapine, je détache et remonte ma peau comme une chaussette.

            /délicatesse/

  >puis. hors de mes vêtements mortels, d’un pas en arrière,

     redevenir fantôme.

            01:10 - 01:18

------------------------------------------------------------------

 

Les fils de la famine sont accrochés en moi et les _pluß_ plats doivent s’evacuer..

   fil.amante.s à repenser

pour une (aube d’abon)dance

  et je (ne) ferai (rien hors de) mon li

              

     Certain.e.s                     

    (se) sont perdues sur un chemin faux

 

les enf[ers]ants, parfois, <ne> sont [de] pas sage mais j’y—

    /void/

      ↓ s clair :

nous, innocent.e.s, trop sacrifié.e.s mais qui méritaient : tout

    Pour(At)tant(!)... .

 il y a quelqu’un Qui (?) doit (laisser les clés) res[is]ter.

  trembler et faire semblant ?

 

   comme une céramique brisée par le mensonge—les excuses sont l'émail qui recollent les morceaux—mais pour toujours nos corps portent les marques de nos   traumas

       (je crois, mais)

    la beauté

du                    

                   sincere , fera la difference

                        00:11

------------------------------------------------------------------

 

j’ai vu, au fond de moi, arriver les crampes

         d’une viande crue

J’ai bien vu arriver, sans honneur

pourtant, ce  pretexte

    d’exploration de mon foctionmemrnt- ---

    --actes. manqu

                        és , celui de taire la voix qui dit vrai

telle Cascendre que tout nous ne croyions plu

 

Tout s’spaiserai, par la mort ou le temps,

      Partition de l’état de fantôme

  malade pour etre sure d’être encore envie

 

comme une fau(cheuse)

  -sse note pour se rappeler de la splendeur dé l’harmonie.

Et.

 

contre moi le poids de l’amour à qui je fais un nid, mais le chat fui

     & maintenant plu rien. Sauf le fantôme de ce poids

     qui me maque            ?

 

mon intérieur qui gronde à sortir au plu vite

          tous ces actes manqués qu’il vaudrait mieux saisir,

     pour la paix

de nos ventres.

 

                 J’ai failli oublier

              ma chance

d(‘êtr)e (réconciliée, de ne plu en) vou(loir à personne

et d’) avoir (pu entendre : «pardon»).

                        22:08

------------------------------------------------------------------

 

perdre sexe, comme un sims

            (ou un ange)

poupée libérée, pupe par choix

  ;; se vider de concepts.

je me souviens boire le pays des loups au goulot :

 

            «Jveux plu être une femme, je veux être une pute»

 

   et sèiche, vomir léthargique de l’encre dans mon éclipse

      Sex Doll ratée, jamais vendue

      Sex Doll de porcelaine, froide, dure ; modelée de ma glaise

 peu à peu me retr(c)ouver (l’œuf de ma peau ; en sortir comme d’une nymphe); p.rendre corps dans mon reflet comme je serais sortie de l’eau.

            accè.d/pt.er

  mon doppelgänger dégonflé flasque et vide sur le sol de ma ch(l’)ambre (porte en elle les souvenirs perdus dans le Léthée) ;;

    déchirer l’envelope, éclore matrioszka amèrement restée creuse

            mais, bientôt image ;

            bientôt réelle.

                        01:22

------------------------------------------------------------------

 

J’avais oubliér ce qu’etre maternelle

   et maintenant me voilà entourée de mon derme

Couches de peau comme des draps qui contruisemt autour de moi

      un cercueil chitineux qui durcie a vue d’oeil.

Devenue pupea dans mon bain de cuisson // 맛있는 번데기

un cercueil de chair qui contient tout moi. Les bras pliés sur le torce, les jambes serrées, le dos droit, le sexe rabougri.

et je ne bouge pas. Dedans, je ne bouge pas. jw : grandi. je: deviens un cercueil de chair qui a tout de moi et. ici aussi. dedans. je vois le dehors à travert une pellicule de peaudistortion

 

danse la membrane déchar

      —née de ma paupière,

là où les murs(x2) me parlent,

là où les couettes sont des esprits martyrs et je pleure de leurs souvenirs

là   où je deviens l'autre, mon propre doppelgänger ;

et je suis moi sans moi, et je m’habite comme étrangère. Immobile.

                        00:00

------------------------------------------------------------------

 

 j’ai     (peur de la nuit)

      soif

             et je ne sais pas où je vais.

Je ne sais pas (encore) tous les asticots qui grouillent.

 

             à velo,        (ne pas se laisser faire.)

    j’ava          nce ~grâce a toi

je ne sais pas encorps, que, bien sur que si, l’indesirable est simple à jeter.

        

     loin, d2*    ans lè vent, le beau.

je ne sais pas encore.

je ne sais tou(faitilencore)jour(?)s pas que les mouches            (ne pas se laisser faire.)

                     nous détournent de la joie de manger en plein air.

                                (ne pas se laisser faire.)

 

(où est le soleil ?)          (j’ai peur de la nuit.)

                        22:58

------------------------------------------------------------------

2  *ils                              .

------------------------------------------------------------------

 

le silence, comme sourde. apaisée.

les pensées qui s’accrochent dans des formes nouvelles

& dévoilent :   •  la génèse des fantômes

                         •  la polarité des mants

                         •  un nouveau sens de soi

                         •  bientôt une image

 &.      la peur.                                de.    ??

ce lieu n’est pas mien. ce temps n’est pas mien.

cette tère n’est pas mienne.

ce visage ressemble au mien, cpdt.

c’est un rejet immunitaire, un be

            —soin de rentrer

le silence, comme apaisée, enfin

parce que ce visage comme une greffe n’a de pouvoir sur moi que celui de me faire me sentir mal à l’aise

&. etrangement. j’ai su trouver du familier

                                    dans cette sensation

                        ??:??

------------------------------------------------------------------

 

6 de(s) de(r)niers renversés ; j’en fais outre et j’explose.

les.   signesont raison.  

         pas de source ;j’ai donné toute mon eau ;ma

goerge assècheé

   et j’ai peur que , malade, j’effondre....       Mais ??

   les t.rêves paisibles mais

   les t.rêves

        /...impossibles./

         /renoncer ?/

enterrer |la ferme|, elle est djà vestige. Depuis lgtmps.

boire monliquuide amniotique et recouvrir de cendres chaudes ma commumauté fantôme.

   les livres ont djeja br!ûslé avant d’etre imorimés

     mais je peesévèree et ej c.rêvee si bien.

                        01:44

------------------------------------------------------------------

 

     augure pren[aiss]ant chair dans la né—

       cécité

       et toutes les meufs comme moi, omen materialistes

       et toutes les meufs comme moi qui ne savent pas encorps ; je ne sais pas non plu ce qu’augure mon omen ni qui je dois prévnir

       et mes dents arrachèh dans la nuit :

   saintcope ;

      mes dents de lait en savaient trop ;

      mes dents voulaient me rappeler ce qui m’était arrivé, cette fois là ;                                                     dans cette maison

     mes dents de lait arrachées hors de ma mémoire. mon enfance avec.

 les bouches d mes sœurs comme la mienne ren

                             —ferment[ent] des mur[mé]m [oi]ures

                                      déplaisantes.

 

            « nous étions au départ des omens »

 

      laissées incendiées,

   j’espère que mon

            omen est de triste augure pour qui est au pouvoir, insecte-guillotine coincée avant portrait,

   nymphose d’antrophage

     l’exu[dé]viation est pour bientôt, beaucoup devraient la craindre

 nous

           passerons

                              le message à

     3{car ils nous *        hont  } tout prix.

                        03:44

------------------------------------------------------------------

3  {                   *font         e}

------------------------------------------------------------------

 

les silence de l’an nuit qui ne.ous vien|dra pas.

tous ces. [fronts où j’es]crime comme [face au rideau] le|vent. c’est une mise en scène, comme (4d’é*   on), mes combats sont leur divertissement.

comme se laisser faire, sans agoniser. Continue Continue conti|nue il n’y a pas de remplas.san .e  Personne ne fatigue sans moi.

j’ai vu leurs yeux changer de forme et me haïr pour mes faiblesses// et me haïr pour mes forces. j’ai désarmé Ô~tant d’agents qu’il n’en fallait. ce n’est pas un jeu

                                                           pour moi.

À quand le reps ? à quand l[e s]o[mm/l]eil ?

                        02:08

------------------------------------------------------------------

4  (ce sont tous leurs     *m     qui hantent même les cris des Banshee qui ne sont hélas jamais pour eux)

------------------------------------------------------------------

 

le      

     cha

t meurt

j’ai senti son odeur gratter sous le lit

j’ai eu a sortir mon chat mourrant et il n’y a pas de rhyme pour la cruauté de ne pas pouvoir offrir au malade de l’amour et le confort d’un lit

i l n’a pas de souffle il n’y a que ces mauts qui ne peuvent pas encore sortir parce qu’il agonise et que je ne peux pas_et que je

n,’ai pas l’autorité pour l’ao I’aider à mourir dignement plutôt qu’il crêve comme ont crevées les autres

et si il ne ‘‘merite’’ pas mieux nous n’’évolueront paz si boud ne sa ons pa! C994ger n9! 34474! 35 (‘‘a8 mal tellement mal a7 cøëur 53ll3+3nt ma_ a-94ß il ?’’6 ~ pas ici de poès8e  p!a de p9etie dans la détresse d’7ne mort qu’iela

S

S qu’iel ne veulen a

IL N’Y A PaS de poesie dans la détresse d’’u?e mort quiel s ne veulent APS APAISER

                        01:06

------------------------------------------------------------------

 

perdue sur une terre que je connais plu, le (temp{i}s) passe et chaque jour mes bras se décomposent

     un peu pluß.

 Les mouches et nécrophages pondent en moi sans pitié et polinisent ({si} ma) chair comme le phallus d’un titan.

  5l’e[n]clos*      est pour bientôt.

  ce n’est pas du cou(rage) que d’avancer zombie et de sentir son corps lentement dévoré et supplier chaque jour les larves de (m’épar{pille})gner .

 

Cassandre à moi-même, j’ai pas cru la voix qui hurlait en moi que je m’éclaterais—

    la gueule si (je mont{rer}ai)s dans cet avion pour traverser le ({au} monde; que) mes mauvaises décisions prendraient corps dans ce départ

 

 necr({j’}ose) et douleur (viv{r}e) qui signifient

   •  mon abandon aux insectes,

   •  et que, devenue leur mère,

   •  je leur offre mon corps ;

   •  dernier festin, dernier cadeau

                        23:59

------------------------------------------------------------------      

5     [x]      *sion                         .

 

IMG-3028.JPG