contact; annett897@btinternet.com

 papergallerymagazine.wordpress.com/2018/09/18/sally-annett-systems-of-philosophy-wallpapers-of-mind/

SALLY ANNETT - Systems of Philosophy - Wall(papers) of Mind
Bletchley Park and Wrest Park, June-August 2018

By David Hancock 

A week’s overlap between Sally Annett’s two exhibitions at Bletchley Park and Wrest Park in mid-July provide a serendipitous moment in which to catch the full breadth of the project that Annett has been developing over several months. These two stately homes could not be more dissimilar: Wrest with its stunning Capability Brown designed grounds and faded grandeur; Bletchley surrounded by an auspicious assortment of outbuildings which housed a defining moment that changed the course of twentieth century history. With this weight of history underscoring her work, Annett has done well to bring together elements from their two distinct collections to create a body of work that speaks of common history, memory, and the transitory nature of time.

Starting at Bletchley Park, the home of Alan Turing and the Second World War allied codebreakers, Annett responds to the archive of material still available within the collection. Annett’s work at Bletchley Park is specific to this period, and the individual lives of the men, and particularly the scores of forgotten women, who worked there. We now know their essential role in ending the conflict and destroying the rise of fascism, but for years their position has been shrouded in secrecy, many passing away without their pivotal role being acknowledged. Much of the collection was saved by enthusiasts; squirrelling away any pieces of interest that they were able to. Some items are utterly harrowing; the intercepted announcement of Hitler’s death, an order exhorting all men to fight to the last and follow the Fuhrer into death. Others are charming, photographs of the amateur dramatics hosted at the hall, the performers dressed in elaborate costumes. These fragmented snapshots underpin Annett’s work and emerge from within the prints.

Throughout the project, Annett has been keen to bring the staff of each Park into her work.  This is a way of making public the personal predilections and specialist knowledge of the volunteers, staff, and curators, who through their commitment and enthusiasm, bring these collections to life. One such curator, the senior archivist, Guy Revell, was on hand during my visit to present a selection of items from which Annett had drawn inspiration. His passion for the material, (essentially scraps of paper, blueprints, hand written notations) transforms these items, drawing out their rightful significance and place in history. Through the staff’s interpretations of these materials, we understand the tireless commitment of the codebreakers and their significance to the war effort.

Despite the cutting edge technology that was available, it is evident that human minds and human hands were a key part of the process in cracking the codes of the Nazi’s enigma machines. It can be ascertained from the collection of materials how this was achieved by identifying the individual styles and idiosyncrasies of the German operatives. The incoming messages were scoured by the Bletchley Park codebreakers and eventually they were able to recognise which German operative was the author of a particular message by their singular styles; this inevitably lead to the cracking of the enigma codes. This human side of conflict is present within Annett’s work at Bletchley Park, and paramount to the constructed images she creates.

The machine devised to crack the Enigma code, The Bombe, looms large within the work.  It is inescapable. Its role in Bletchley Park dominates and its circuits form De Stijl-esque patterns across the print series. We have motifs taken from its schematics and blueprints. Yet there is always the human presence: photographs of the codebreakers at work and play, merged with their individual hand notations found on the intercepted transmissions. All of these are embedded within Annett’s prints. The richness of this material is underscored throughout the work, as is the symbolism of the rose, a nod to nationalism and the British history that links both sites and quietly informs the project. Annett’s research has unearthed older links between spaces, places, codes, and cyphers, which continually highlight the Polish influence. From Trithemius, Bishop of Sponheim in the 15th and 16th Century, through Meir Poppers in the 17th Century, and into the 20th Century with the Polish mathematicians Rejewski, Zygalski, Różycki, the nuanced Internationalist aspects of the project are key to Annett.

At Wrest Park, I look through the wallpaper collection in the onsite archives. This provides a valuable insight into Annett’s work. It is the basis of the motifs that appear within the prints at Wrest. Rescued by the GLC from homes earmarked for demolition, the wallpapers were removed layer by layer and preserved. One home uncovered seventeen layers of paper, dating from the 1980’s back to the Victorian era.  These fragments are archived together in chronological order, a testament to our changing tastes, but also to the production of such papers: from the beautifully embossed and hand-painted to the machine manufactured. It is the history of progress and the shift from the privileged to the democracy of production. The papers are stunning despite their condition. These papers attest to the quality of craftsmanship and flare for design

At Wrest Park the presentation of Annett’s work is much more coherent and is allowed to engage more with the location. Within the main house, a room has been set aside, and within this space the prints interact with their surroundings. They blend so well as to seem a permanent fixture, and maybe the currently empty Print Room could be made their permanent residence. However, it is within the dairy that the full scale of Annett’s work can be fully appreciated. Amidst the limestone garden sculptures, Annett has mounted her prints upon wallpaper produced by Little Greene, a firm, who until recently, worked with English Heritage and specially commissioned papers based on those historical fragments from the archive. Annett’s prints reference the beautiful patterns taken from decades of overlaid papers, removed layer by layer from the now demolished homes.

The prints themselves, drypoints etched into metal plates, weave together a tapestry of sourced materials. The quality of the mark-making lures the viewers into the entwined assemblages. The drypoint, a medium requiring a certain amount of pressure to etch the plate so that the ink can be trapped in its furrows, gives a clear sense of the artist’s hand. There is a tension in the marks, a robustness that corresponds with the papers, surviving for decades. Their appearance might be delicate and subtle, but there is a strength and tenacity mirrored in the work and the papers.

Within Annett’s work, scraps of these papers appear: a stylised bird, an elaborate pattern. These are etched by hand in the prints and heavily inked so that the components lift themselves from the mottled background. Again they excavate themselves from the weight of time, the greasy printing ink almost a stand in for the nicotine stains, the soot, and the grease trapped in time between the individual layers. On the surface, sits the residue from the rose petals used within the print process, referred to by Annett as Rose petal transfer engraving. Laid onto each inked plate and run through the press, the rose petals hold the ink from previous pressings and deposit it back on to the subsequent layers. However, this is not all that the petals impart. The pressings retain the oils and this adds a subtle hint of colour to the prints; a tinge of yellow or purple, a bruise on the print. These wallpapers were never meant to outlive the families who installed them, yet they have done just that. The wallpapers are a testament to their domestic lives. They bear witness to the happiest of times: births and marriages, as well as the saddest, illness and death. Annett, with care and precision, captures all this within her prints.  Only the street address of the house is recorded in the archive, and not the inhabitants, yet within the prints their anonymous lives endure. This project of Annett’s is profound and touching, uncovering those absent from history, the glimpsed figures within an archive. Annett gives them new life and takes inspiration from them: their work, their domestic lives, themselves. Annett’s systems of philosophy lays bare the connections.

 En Francais

SALLY ANNETT - Systèmes de Philosophie - Mur de l'Esprit
Bletchley Park et Wrest Park, juin-août 2018

Par David Hancock

Une semaine de chevauchement entre les deux expositions de Sally Annett à Bletchley Park et à Wrest Park à la mi-juillet offre un moment fortuit pour saisir toute l'ampleur du projet qu'Annett a développé pendant plusieurs mois. Ces deux demeures majestueuses ne pouvaient pas être plus dissemblables : Wrest avec ses magnifiques terrains de conception Capability Brown et sa grandeur fanée ; Bletchley entouré d'un assortiment de dépendances de bon augure qui a abrité un moment déterminant qui a changé le cours de l'histoire du XXe siècle. Avec ce poids de l'histoire qui souligne son travail, Annett a bien fait de réunir des éléments de leurs deux collections distinctes pour créer un ensemble d'œuvres qui parlent d'histoire commune, de mémoire et de la nature transitoire du temps.

En commençant par Bletchley Park, la maison d'Alan Turing et des briseurs de codes alliés de la Seconde Guerre mondiale, Annett répond aux archives des documents encore disponibles dans la collection. Le travail d'Annett à Bletchley Park est spécifique à cette période et à la vie individuelle des hommes, et en particulier des dizaines de femmes oubliées, qui y travaillaient. Nous connaissons aujourd'hui leur rôle essentiel dans la fin du conflit et la destruction de la montée du fascisme, mais depuis des années, leur position est entourée de secret, beaucoup d'entre eux décédant sans que leur rôle central ne soit reconnu. Une grande partie de la collection a été sauvée par des passionnés ; ils ont écureuillé tous les morceaux d'intérêt qu'ils ont pu. L'annonce interceptée de la mort d'Hitler, un ordre exhortant tous les hommes à se battre jusqu'au bout et à suivre le Führer jusqu'à la mort, est tout à fait poignante. D'autres sont charmantes, des photographies de l'art dramatique amateur présenté dans la salle, les interprètes vêtus de costumes élaborés. Ces clichés fragmentés étayent l'œuvre d'Annett et émergent de l'intérieur des estampes.

Tout au long du projet, Annett a tenu à faire participer le personnel de chaque parc à son travail. Il s'agit d'une façon de rendre publiques les prédilections personnelles et les connaissances spécialisées des bénévoles, du personnel et des conservateurs qui, par leur engagement et leur enthousiasme, donnent vie à ces collections. L'un de ces conservateurs, l'archiviste principal, Guy Revell, était présent lors de ma visite pour présenter une sélection d'objets dont Annett s'était inspirée. Sa passion pour la matière (essentiellement des bouts de papier, des plans, des notations manuscrites) transforme ces objets, leur donnant leur juste signification et leur place dans l'histoire. Grâce à l'interprétation de ces documents par le personnel, nous comprenons l'engagement inlassable des briseurs de codes et leur importance pour l'effort de guerre.

Malgré la technologie de pointe qui était disponible, il est évident que l'esprit humain et les mains humaines ont joué un rôle clé dans le processus de décryptage des codes des machines énigmatiques des nazis. Il est possible de déterminer, à partir de la collection de documents, comment cela a été réalisé en identifiant les styles individuels et les particularités des agents allemands. Les messages entrants ont été parcourus par les décrypteurs de code de Bletchley Park et finalement ils ont pu reconnaître quel agent allemand était l'auteur d'un message particulier par leurs styles singuliers ; ceci a inévitablement mené à l'éclatement des codes énigmatiques. Cet aspect humain du conflit est présent dans l'œuvre d'Annett à Bletchley Park, et il est primordial pour les images construites qu'elle crée.

La machine conçue pour déchiffrer le code d'Enigma, The Bombe, se profile à l'intérieur de l'œuvre. C'est incontournable. Son rôle dans Bletchley Park domine et ses circuits forment des motifs De Stijl-esque à travers la série imprimée. Nous avons des motifs tirés de ses schémas et de ses plans. Pourtant, il y a toujours la présence humaine : les photographies des briseurs de code au travail et dans les loisirs, fusionnées avec les notations de leurs mains individuelles trouvées sur les transmissions interceptées. Toutes ces empreintes sont dans les empreintes d'Annett. La richesse de ce matériau est soulignée tout au long de l'œuvre, tout comme le symbolisme de la rose, clin d'œil au nationalisme et à l'histoire britannique qui relie les deux sites et informe tranquillement le projet. Les recherches d'Annett ont mis au jour des liens plus anciens entre les espaces, les lieux, les codes et les chiffres, qui soulignent continuellement l'influence polonaise. De Trithemius, évêque de Sponheim aux XVe et XVIe siècles, à Meir Poppers au XVIIe siècle et jusqu'au XXe siècle avec les mathématiciens polonais Rejewski, Zygalski, Różycki, les aspects internationalistes nuancés du projet sont essentiels pour Annett.

Au Wrest Park, je regarde la collection de papiers peints dans les archives du site. Cela donne un aperçu précieux du travail d'Annett. C'est la base des motifs qui apparaissent dans les estampes de Wrest. Sauvés par le GLC de maisons destinées à la démolition, les papiers peints ont été enlevés couche par couche et préservés. Une maison a découvert dix-sept couches de papier, datant des années 1980 à l'époque victorienne. Ces fragments sont archivés ensemble dans l'ordre chronologique, ce qui témoigne de l'évolution de nos goûts, mais aussi de la production de ces papiers : de l'embossage et de la peinture à la main à la machine fabriquée. C'est l'histoire du progrès et du passage du privilégié à la démocratie de la production. Les papiers sont étonnants malgré leur état. Ces papiers témoignent de la qualité de l'artisanat et de la flamboyance du design.

Au Wrest Park, la présentation de l'œuvre d'Annett est beaucoup plus cohérente et permet de s'engager davantage dans le lieu. Dans la maison principale, une pièce a été réservée, et dans cet espace, les estampes interagissent avec leur environnement. Ils se mélangent si bien qu'ils semblent être une installation permanente, et peut-être que la salle des estampes actuellement vide pourrait devenir leur résidence permanente. Cependant, c'est au sein de la laiterie que l'ampleur du travail d'Annett peut être pleinement appréciée. Au milieu des sculptures de jardin en pierre calcaire, Annett a monté ses gravures sur du papier peint produit par Little Greene, une entreprise qui, jusqu'à récemment, travaillait avec English Heritage et a commandé des papiers spécialement basés sur ces fragments historiques des archives. Les estampes d'Annett font référence aux beaux motifs tirés de dizaines d'années de papiers superposés, enlevés couche par couche des maisons aujourd'hui démolies.

Les estampes elles-mêmes, les pointes sèches gravées sur des plaques de métal, tissent ensemble une tapisserie de matériaux d'origine. La qualité de la fabrication des marques attire les spectateurs dans les assemblages entrelacés. La pointe sèche, un médium nécessitant une certaine pression pour graver la plaque afin que l'encre puisse être emprisonnée dans ses sillons, donne une idée claire de la main de l'artiste. Il y a une tension dans les marques, une robustesse qui correspond aux papiers, survivant pendant des décennies. Leur apparence peut être délicate et subtile, mais il y a une force et une ténacité qui se reflètent dans le travail et les papiers.

Dans l'œuvre d'Annett, des morceaux de ces papiers apparaissent : un oiseau stylisé, un motif élaboré. Celles-ci sont gravées à la main sur les impressions et fortement encrées afin que les composants se soulèvent du fond moucheté. Encore une fois, ils s'excavent du poids du temps, l'encre d'imprimerie graisseuse est presque un support pour les taches de nicotine, la suie et la graisse emprisonnée dans le temps entre les couches individuelles. Sur la surface se trouve le résidu des pétales de rose utilisés dans le processus d'impression, qu'Annett appelle la gravure par transfert de pétales de rose. Posées sur chaque plaque encrée et parcourant la presse, les pétales de rose retiennent l'encre des presses précédentes et la déposent sur les couches suivantes. Cependant, ce n'est pas tout ce que les pétales donnent. Le pressage retient les huiles, ce qui ajoute une subtile touche de couleur aux imprimés ; une teinte jaune ou violette, un bleu sur l'imprimé. Ces papiers peints n'ont jamais été conçus pour survivre aux familles qui les ont installés, mais c'est exactement ce qu'ils ont fait. Les papiers peints témoignent de leur vie domestique. Ils témoignent des moments les plus heureux : naissances et mariages, mais aussi des plus tristes, de la maladie et de la mort. Annett, avec soin et précision, saisit tout cela dans ses estampes. Seule l'adresse municipale de la maison est enregistrée dans les archives, et non pas les habitants, mais leurs vies anonymes subsistent dans les empreintes. Ce projet d'Annett est profond et émouvant, révélant ceux qui sont absents de l'histoire, les figures aperçues dans une archive. Annett leur donne une nouvelle vie et s'inspire d'eux : leur travail, leur vie domestique, eux-mêmes. Les systèmes philosophiques d'Annett mettent à nu les liens.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator